全部 标题 作者
关键词 摘要


De la sujétion à la citoyenneté itinéraire du concept de ra’iya

Full-Text   Cite this paper   Add to My Lib

Abstract:

Dans la pensée politique marocaine traditionnelle, le terme ra'iya revient de fa on récurrente pour désigner les gouvernés et établir leurs devoirs vis-à-vis du sultan. Objet du pouvoir sultanien, ra'iya doit en premier lieu s'abstenir, comme l'explicite toute la littérature politique sultanienne de toute action politique. L'utilisation d'un tel concept recèle, bien entendu, une conception de l'espace politique, une vision du rapport état/société. Dans toute la littérature politique sultanienne, il n'est jamais question de peuple , nation , citoyen … concepts relevant d'un autre contexte socio-politique. Cette approche traditionnelle a dominé la pensée politique marocaine jusqu'au moins la fin du 19e siècle. Elle se situe aux antipodes de la pensée grecque qui con oit le citoyen comme élément de base de la cité-état. En effet, l'esprit de cette approche exclut catégoriquement les concepts politiques grecs, lesquels concepts seront revifiés, revitalisés, avec l'Europe de la Renaissance, et diffusés après avoir été revigorisés, et somment par conséquent les penseurs marocains de se positionner vis-à-vis de cette nouvelle conception du politique. Dans ce sens on est amené à se poser la question lorsqu'un éminent penseur comme Abdallah Laroui constate avec étonnement qu'au cours du 19e siècle, les penseurs marocains, n'ont rien ajouté aux classiques, et que face à des problèmes cruciaux, ils ne trouvent rien de mieux que de rappeler la célébre loi circulaire attribuée à Aristote et abondamment citée par leurs prédecesseurs. En effet l'esquisse d'une effervescence conceptuelle est perceptible dés la fin du 19e siècle. Cette effervescence s'accentuera avec les premières élaborations, constitutionnelles (1906/1908), et prendra une autre dimension avec les écrits de quelques auteurs marocains réformistes et salafites. Cette contribution consiste à s'interroger sur la manière adoptée par la pensée politique marocaine afin de composer avec un nouvel appareil conceptuel. L'a-t-on rejeté partiellement ou totalement ? A-ton essayé de l'endogéneiser ? S'agit-il en dernière analyse de cohabitation conceptuelle ou d'un phagocyte entra nant l'élimination des concepts indigènes ? Bref, il est question dans cette étude de suivre et de vérifier l'itinéraire d'un concept : ra'iya (sujets).

Full-Text

comments powered by Disqus